Vous êtes ici : Accueil > Nos dossiers > Énergies > Nucléaire > CapRadioactivité > Radioactivité : demande d’assainissement de différents sites
Publié : 28 novembre 2016

Radioactivité : demande d’assainissement de différents sites

Le collectif Cap Radioactivité qui rassemble plusieurs associations, dont Vert Pays Blanc et Noir, et des particuliers a été créé en 2014. A lire Des déchets miniers radioactifs en presqu’île guérandaise. Le 28 novembre 2016, ses représentants ont adressé à la Sous-Préfète de Saint-Nazaire un courrier pour que l’entreprise AREVA assainisse plusieurs sites.

Communiqué de presse du Collectif Cap Radioactivité du 28 novembre 2016

Après l’acquisition d’un appareil détecteur Gamma et une formation reçue par le laboratoire CRIIRAD, le collectif Cap Radioactivité a mené une première campagne de mesures de radioactivité en presqu’île guérandaise sur des lieux publics mais aussi sur des parcelles privées.

Suite aux retombées médiatiques, plusieurs particuliers ayant reçu sur leur terrain des remblais issus des anciennes mines, ont contacté le collectif pour effectuer des relevés. C’est ainsi qu’une vingtaine d’interventions ont été programmées entre juillet et novembre 2016.

A l’issue de ces prises de mesures, Cap Radioactivité vient d’adresser un courrier à la sous-préfète de Saint-Nazaire, la sollicitant dans le cadre de sa mission de santé publique, d’intervenir auprès de l’entreprise AREVA pour qu’à l’occasion d’un assainissement annoncé à Guérande pour la fin d’année 2016, un nettoyage de plusieurs sites soit réalisé.

Dans ce courrier, sont listés d’une part 3 sites publics : un chemin communal à Guérande, un parking public à Piriac et un terrain communal avec présence de jeux d’enfants à la Turballe, et d’autre part 3 autres sites concernant des parcelles, propriétés de particuliers où le niveau de radioactivité varie de 1 750 à 10 000 c/s (pour rappel le niveau « naturel » de radioactivité en presqu’île guérandaise varie entre 150 à 300 c/s).

Dans ces 3 derniers cas, la localisation des stériles uranifères, proche des maisons, nécessite aux yeux du collectif une intervention rapide de l’entreprise AREVA.

Les membres de Cap Radioactivité espèrent être entendus de la représentante de l’Etat.

Pour contact : cap.radioactivite@free.fr