Vous êtes ici : Accueil > Nos dossiers > Agriculture > Périmètre de protection des Espaces Agricoles et Naturels périurbains (...) > Enquête publique 2017 sur le nouveau périmètre du PEAN en presqu’île (...)
Publié : 22 septembre

Enquête publique 2017 sur le nouveau périmètre du PEAN en presqu’île guérandaise

Enquête publique relative au projet d’extension du périmètre de protection des espaces agricoles et naturels périurbains du coteau guérandais et du plateau turballais aux communes de Piriac-sur-Mer et Batz-sur-Mer.

Déposition de l’association VPBN

Le premier objectif d’un PÉAN est de mettre en réserve inconstructible des espaces ruraux suffisamment larges et cohérents pour que des activités agricoles économiquement viables puissent s’y maintenir.

La vaste zone retenue à l’arrière du littoral apparaît sur ce point conforme.

Le deuxième objectif est de conserver le milieu naturel au moins en l’état, voire d’y améliorer la biodiversité. Pour cela nous pensons qu’il y a des lacunes.

1 - D’une manière générale, pas plus sur PIRIAC que sur GUERANDE ou LA TURBALLE , il n’est prévu de favoriser une agriculture plus respectueuse de l’environnement, une agriculture qui dans ses pratiques irait au delà d’une application paresseuse des textes réglementaires ( PAC , directive nitrates , bonnes pratiques ...etc.). Si c’est pour voir se maintenir, voire se généraliser une agriculture conventionnelle à base de maïs et de ray- grass nous pensons que l’objectif ne sera pas atteint.

Après deux ans d’expérience sur Guérande / La Turballe, on aurait pu orienter la barre dans ce sens même si, comme le souligne lourdement le rapport d’enquête, le Péan, document d’urbanisme, n’est pas soumis à l’évaluation environnementale.

2 - Plus particulièrement sur PIRIAC, la vaste zone réservée est pratiquement coupée de la zone littorale, son ancestrale voisine, par une bande quasi continue d’habitations. Comme lien terrestre il ne reste plus que la coulée de la Noe Malade qui débouche à Porz er ster.

Pourquoi avoir exclu, par choix comme il est précisé, les deux autres ´´passages pas ou très peu construits, en grande partie déjà classés N, ´´ « écrin naturel » pour le PLU, coupures d’urbanisation pour le PADD (orientation 3 valorisation d’un cadre de vie remarquable) ?

Il s’agit :

D’une bande à l’ouest de Kervin vers le vieux Lerat comprenant les parcelles 28 à 371 et avoisinantes au N.E. Classées A au PLU, jusqu’aux parcelles 113 à 118 et avoisinantes classées N. Et d’une bande au N.E. De Kerdinio vers Toull Faul comprenant les parcelles 60 à 76 et avoisinantes, puis les parcelles 304 à 306, 169,180, 52 et avoisinantes déjà classées N.

Ces deux bandes ne sont peut être pas d’un grand potentiel agricole (« pas de projet agricole viable ») mais la Coulée Malade non plus, et toutes trois sont considérées comme des couloirs intéressants pour les échanges biologiques (trame verte).
Il eût été judicieux à notre avis de les inclure dans le PÉAN pour améliorer les échanges entre la zone littorale et l’arrière pays agricole.

Nous demandons donc  :

1- que le plan d’action qui accompagnera le PÉAN comporte un certain nombre d’actions sérieuses pour améliorer la biodiversité sur la zone agricole.

2- l’extension du périmètre aux deux bandes de terrains grossièrement définies ci-dessus pour augmenter les possibilités d’échange biologique entre deux milieux , le classement actuel en A ou en N n’étant pas une garantie suffisante sur le long terme.

Vert Pays Blanc et Noir, le 21 septembre 2017