Vous êtes ici : Accueil > Nos dossiers > Énergies > SEM-REV > Réunion de concertation du 21 décembre 2012
Publié : 25 août 2013

Réunion de concertation du 21 décembre 2012

Le 21 décembre 2012 s’est tenue une réunion de concertation concernant le site expérimental SEMREV au large du Croisic dédié aux différentes énergies renouvelables maritimes.http://www.ec-nantes.fr/version-fra...

Cette réunion initiée par la préfecture de Loire Atlantique avait pour objectif de porter à la connaissance des associations, pêcheurs professionnels et élus les caractéristiques techniques et les conditions de l’implantation d’éoliennes flottantes sur le site SEMREV, au large du Croisic.
La présentation a été faite par un responsable de l’Ecole Centrale de Nantes.

Le site SEMREV est piloté par le laboratoire LHEEA de l’Ecole Centrale de Nantes
( http://www.ec-nantes.fr/version-francaise/recherche/sem-rev/) en partenariat avec l’Etat, la région Pays de la Loire, le département 44 et le CNRS.

La concession du domaine public maritime s’étale sur une période de 20 ans.
Le budget alloué s’élève à 15 millions d’euros. La connexion sous-marine s’élève à elle seule à 3,5 millions d’euros.

Fin 2012 : deux bouées sont en place : une de relevés météorologiques, l’autre de mesures de la houle.

Cette zone est interdite à la navigation. Le milieu de la pêche est cependant associé à ce projet : le câble de 23 km a été, selon les recommandations des pêcheurs, ensouillé à 1, 5 mètre, à l’exception d’une partie qui a été recouverte d’un manteau de béton en raison du fond marin.

La connexion avec le réseau devrait se faire courant janvier 2013. La vente d’électricité reviendra à l’Ecole Centrale.

Semrev :carte du câble électrique

Un Hub connexion devrait être mis en place sur le site en 2014, permettant la connexion de 4 branchements.

Tous les projets d’énergie marine renouvelable présents sur le site auront un point commun : ils seront flottants. Plusieurs demandes d’industriels sont en cours .Un cahier des charges est en préparation pour permettre une réglementation et une autorisation afin d’éviter des demandes jugées irréalistes.

En dehors de l’houlomoteur SEAREV (récupérateur énergie des vagues), le premier projet susceptible d’être réalisé sur le site sera probablement le projet Winflo, porté principalement par Nass&Wind et DCNS.

Des essais ont été réalisés en bassin et le projet semble maintenant à maturité pour passer au niveau in-situ.

Pour rappel, les éoliennes off-shore classiques peuvent être fixées en mer par 30 m de profondeur maximum ce qui limite leur implantation à la bande littorale déjà très occupée.

Les sites aujourd’hui disponibles se situent majoritairement à des profondeurs beaucoup plus importantes, ce qui justifie fortement les recherches des laboratoires de Centrale Nantes autour des éoliennes flottantes.

Des retours d’expérience existent de nos jours à partir de la Norvège (2ans) et du Portugal (1 an). En Norvège, le résultat est à relativiser dans la mesure où le travail en amont sur les différentes contraintes : houle/vent n’ont pas été suffisamment prises en compte. De meilleurs résultats sont observés au Portugal.

Eolienne flottante au Portugal

Le projet Winflo

2 éoliennes devraient être sur le site SEMREV de 1 ou 2 MW chacune, d’une hauteur de 65 mètres.

Les machines seront installées sur une plate-forme semi-submersible liée au fond marin par des ancrages caténaires. Cette technologie, baptisée Free Floating Platform (FFP), permettra outre une construction plus légère du système d’ancrage et du flotteur, de déconnecter et remorquer facilement la machine pour sa maintenance. Suite à des interrogations dans la salle, a été confirmée leur faible visibilité.

Une autorisation est en cours (2012) concernant l’installation de l’houlomoteur, elle sera certainement modifiée pour permettre également l’installation des 2 éoliennes flottantes.

Une enquête publique sera réalisée sur les 2 départements 44 et 56 courant 2013