Vous êtes ici : Accueil > Nos dossiers > Déchets > Boues de dragage > Dragage du port de plaisance la Baule-Le Pouliguen
Publié : 18 août 2013

Dragage du port de plaisance la Baule-Le Pouliguen

Communiqué de Presse du 29 octobre 2012

Les travaux de dragage du port de plaisance La Baule Le Pouliguen ont débuté. Or, ils ont la particularité, pour la première fois, de "revaloriser" le sable situé dans la partie aval de l’avant-port dans le but de ré immerger le sable pour recharger la baie après une période de décantation,

L’association Vert Pays Blanc et Noir, (association de défense de la nature et de l’environnement, associée au réseau France Nature Environnement), regrette que lors de l’enquête publique certaines propositions de bon sens, comme le traitement des vases et sédiments à terre, n’aient pas été prises
en compte.

Une fois sortis de l’eau, les sédiments contaminés deviennent des déchets contenant des substances dangereuses (hydrocarbures, métaux lourds, résidus de peintures et anti-fouling), chose plus que probable concernant des sédiments situés dans un port.
La simple décantation ne nous semble pas être une garantie suffisante pour éliminer ces substances et nous interroge sur le respect des règlements en cours.

Rappelons que :

  • La directive cadre sur les déchets 2008/98/CE du 19 novembre 2008 exclue de son champ d’application les « sédiments déplacés au sein des eaux de surface aux fins de gestion des eaux et des voies d’eau, de prévention des inondations, d’atténuation de leurs effets ou de ceux des sécheresses ou de mise en valeur des terres sont exclus du champ d’application de la présente directive, s’il est prouvé que ces sédiments ne sont pas dangereux ». Par effet inverse, les sédiments dangereux sont donc considérés comme des déchets au sens de cette directive.
  • La directive cadre stratégie pour le milieu marin 2008/56/CE du 17 juin 2008 fixe comme objectif l’atteinte du bon état écologique des milieux marins pour 2020
  • La directive cadre sur l’eau 2000/60/CE du 23 octobre 2000 définit un objectif de bon état chimique, de bon état écologique, et de la non-dégradation de la qualité des masses d’eau pour 2015.

Nous regrettons que les analyses préalables ne soient pas assez poussées, judicieuses et faites par des organismes indépendants, que la gestion à terre n’ait pas été retenue dans ce nouveau plan de dragage et nous nous inquiétons de la perte de qualité de plus en plus importante des eaux littorales, tout particulièrement en baie de La Baule.

Ouest France novembre 2011